Simplifiez la vie de vos clients !

Design to value

DESIGN TO VALUE

Le Design to Value est une démarche agile de conception des produits et services prioritairement tournée vers l’innovation et la Valeur client.
Fortement orientée utilisateurs, elle vise à adresser des attentes ou besoins nouveaux sans oublier les impératifs de compétitivité.

Son efficacité tient à l’association de différentes visions et compétences de l’entreprise, autour des 3 leviers incontournables de l’innovation :

  • Une réflexion approfondie sur les besoins fondamentaux et la valeur client,
  • L’exploration large des opportunités technologiques,
  • Une logique de simplification poussée sur l’ensemble de la chaîne, depuis l’usage client jusqu’à la la production des produits et services.
L’imagination compte plus que le savoir
Albert EINSTEIN
 

La véritable innovation tient dans la réinvention de la valeur client

Le monde change à une vitesse fulgurante : la simplicité et l’instantanéité deviennent la norme et les objets se chargent tout seul de ce qui nous ennuie.

La prise de conscience environnementale touche par ailleurs toujours plus largement les esprits, faisant évoluer les préoccupations et impactant inéluctablement les modes de consommation.

Plus encore que dans les technologies, c’est bien dans l’anticipation des aspirations profondes et l’élimination radicale de toute complexité d’usage que se nichent les champs prioritaires d’innovation.

Simplifier la vie des utilisateurs

L’imagination de concepts innovants et la conquête d’avantages concurrentiels sur les marchés s’appuient très souvent sur les questions les plus basiques :

  • Comment débarrasser nos utilisateurs des complexité d’usage qu’ils subissent aujourd’hui ?
  • Comment faire gagner du temps et de l’argent à nos clients professionnels ?

Des questions si simples, pourrait-on imaginer, sont déjà largement prises en compte par les acteurs de l’entreprise qui s’efforcent en permanence de proposer des fonctionnalités supplémentaires, des performances augmentées, des services nouveaux…

Pourtant, dans notre vie de tous les jours, combien d’interfaces client confuses, de produits trop complexes pour être pleinement utilisés, de modes d’emploi incompréhensibles, de fonctionnalités utiles rétrogradées dans des sous-niveaux de menus, de page internet absconses… ? Combien de systèmes certes performants mais dont l’ergonomie d’installation ou de maintenance a été oubliée… ? Combien d’inventions gadgets, de produits ou services qui ne font rêver que leurs créateurs ?…

La difficulté est bel et bien de se mettre dans la peau des utilisateurs pour leur simplifier radicalement la vie, et de savoir imaginer ce qu’ils adoreront avant même qu’ils en aient la moindre idée.

« Si j’avais demandé à mes clients ce qu’ils voulaient, ils m’auraient réclamé un cheval plus rapide. » Henry FORD, créateur de la Ford T.

L’analyse de l’existant, source d’innovation radicale

Lorsque nous proposons à nos clients un benchmark rapide des offres existantes comme point d’appui à l’innovation, nous rencontrons assez souvent à la même première réaction :
« Ah mais, nous ne voulons pas faire de la petite innovation incrémentale, mais bien de la grande innovation radicale ! « 
ou bien :
« Non, non, nous ne voulons pas faire un me too product ! « 

Pourtant, un regard sur quelques créations d’Apple est particulièrement éclairant sur ce point :
(Si Apple et Steve Jobs sont souvent cités sur ce site, il est clair qu’ils n’ont pas l’apanage de l’innovation. Leurs succès, à la fois emblématiques et de notoriété publique, constituent cependant une mine d’inspiration.)

2001

Les balladeurs numériques mp3 ne contiennent que 15 chansons quand les modèles à disques dur sont lourds, volumineux et incroyablement longs à nourrir de musique. Leurs écrans format timbre poste associés à des boutons-flêches rendent de plus la navigation particulièrement laborieuse.

Steve Jobs présente l’iPod : 1000 chansons,10s pour charger un CD,  le volume d’un paquet de cigarettes, 10 heures d’autonomie, une molette ergonomique de navigation

2007

Les téléphones ne savent que téléphoner quand les smartphones, plus puissants mais complexes d’emploi, sont réservés aux geeks.

L’iPhone entièrement tactile d’Apple, puissant et simplissime d’utilisation, va transformer notre rapport au numérique.

 

2001

Dans beaucoup de magasins, chacun attend son tour pour qu’un vendeur disponible puisse lui expliquer les produits, eux-même inacessibles derriere un comptoir.

Apple lance les Apple store, où tous les produits sont manipulables à loisir et les conseillers disponibles en nombre, transformant profondément l’expérience client.

 

C’est bien en comprenant ce qui fondamentalement n’allait pas dans l’existant que Steve Jobs et ses équipes ont pu penser l’iPod, l’iPhone ou les Apple stores.

Qui dirait aujourd’hui qu’il ne s’agissait pas d’innovations radicales ?
Et n’oublions pas que l’innovation n’est pas que radicale : On n’invente pas tous les jours l’iphone de son secteur d’activité…
D’ailleurs, que fait Apple depuis 15 ans en matière de smartphones, si ce n’est des « me too products » de l’iPhone ? Tout en s’efforçant bien sûr de toujours proposer les « best products » du marché…

Les fausses routes de l’innovation

Certaines causes sont assez récurrentes lorsqu’on observe les « loupés » en matière d’innovation :

Les cahiers des charges « lettre au Père Noël »

Quand le Marketing est à l’origine de l’innovation, les demandes tournent parfois à l’empilage excessif de fonctionnalités nouvelles ou à l’accroissement tous azimuts des performances. Les faisabilités et coûts, intégrés tardivement, s’avèreront alors problématiques.

La « belle technique »

Lorsque c’est la R&D qui s’en empare, la belle technique peut prendre le dessus, au risque d’idées préconçues sur les besoins ou de perfectionnements techniques qui n’intéresseront que les spécialistes.

Le fonctionnement « en silos »

En réalité, c’est bien le fonctionnement trop séquentiel – sans mise en commun fluide des compétences de l’entreprise, pourtant larges et pointues – qui prive de réussite trop de projets innovants.
Ceux-ci souffrent alors de bien des maux : itérations multiples, projets interminables ou avortés, ou résultats bien moins attractractifs et compétitifs qu’initialement espéré.

Les 3 clés de l’innovation

La Valeur client :

Comme dit plus haut, il faut se mettre « dans la peau des utilisateurs, de A à Z » pour repérer sans concession toutes les complexités et désagréments rencontrés. Puis s’efforcer de prendre de la hauteur pour voir suffisamment loin et imaginer l’expérience idéale.

Les Opportunités technologiques :

Il faut bien sûr investiguer et saisir les opportunités offertes par les technologies pour imaginer et concrétiser le futur.
L’ouverture sur ce que font d’autres (concurrents, autres secteurs d’activité …) est en elle-même une mine d’inspiration.

« La faculté d’établir des associations, l’envie de bousculer l’ordre établi, le don de l’observation, le gout de l’expérimentation… sont autant de qualités qui constituent l’ADN du véritable innovateur. » The innovators DNA, Jeffrey H. DYER

La Simplification radicale :

C’est probablement le levier le plus sous estimé de l’innovation
L’éradication des complexités inutiles doit concerner les usages, services, produits, architectures, designs, process, flux…
Lorsqu’on simplifie un système jusqu’à en réduire les coûts de 30% à service rendu équivalent, on fait déjà de l’innovation !

« Souvent, quand on s’attaque à un problème, on n’en comprend pas la complexité et on le trouve d’abord simple. C’est pourquoi on arrive à une solution simpliste qui ne fonctionne pas. Alors on creuse davantage et on formule une solution alambiquée. La plupart des gens s’arrêtent là, à mi-chemin. Mais si on continue d’examiner le problème jusqu’à en définir le principe même alors on aboutit à une solution à la fois esthétique et qui fonctionne ». Steve Jobs

Une méthodologie simple et réactive

C’est sans doute contre intuitif, mais Design to Value et Design to Cost puisent dans la même boîte à outils méthodologiques !

C’est en fait la manière – et l’enchaînement – de leur emploi qui adaptera la démarche aux objectifs et priorités visés :

Un accelérateur d’innovation

Faire réussir un projet innovant, c’est avant tout associer efficacement différentes visions et expertises dans un travail ouvert et structuré : Il s’agit d’orchestrer et cadencer les investigations pour converger vers les meilleurs choix.

Le Design to Value offre tôt dans le projet une vision large des potentiels et enjeux. Il évite ainsi les points fermés trop tôt et permet des arbitrages éclairés pour converger plus directement, vers l’offre la plus innovante et compétitive.

Avec moins d’itérations et d’échecs, il présente le chemin le plus court et le plus sûr pour une innovation à la fois attractive et compétitive.

Sébastien CLERY – Business Developper – SOMFY

 » Toute la démarche s’est déroulée en distanciel en raison de la crise Covid avec succès. L’approche est très pragmatique et suscite immédiatement l’intérêt du groupe de travail.
Le questionnement permanent permet à chacun de sortir de sa zone de confort et aboutir à des solutions nouvelles avec dépôt de brevet à la clé. « 

Alexandre PARISI – Responsable Achats directs – ELM LEBLANC Groupe BOSCH

Témoignage publié dans la revue Décision Achats

 » L’apport d’une approche extérieure à notre métier a constitué un atout indispensable dans la remise en question des positions, des solutions ou des choix jugés à tort définitifs.
Au final, AROLYS nous aura aidés à développer avec nos fournisseurs des solutions innovantes pour rendre le produit plus silencieux et plus économe en énergie, à un prix de revient inférieur. « 

Pierre VERDELLET – Directeur R&D – MARIE SAINT HUBERT

Recommandation LinkedIn  –  Traduit de l’anglais

 » Ce fut un grand plaisir de travailler avec vous et votre société. Vous avez été très professionnels dans la mission que vous avez effectuée pour Marie StHubert pour introduire et appliquer pour de multiples projets l’approche de Design to Cost/Value. Cette méthodologie est une excellente approche et apporte une manière forte d’analyser les attributs clés de qualité.
Je recommande pleinement la démarche et spécialement menée par Arolys et son équipe. « 

Dominique WEGRICH – Technicienne industrialisation- PAUL HARTMANN

 » Situation sanitaire compliquée, nous avons tout de même réussi à faire remonter les leviers d’amélioration. Merci à vous « 

VOUS AVEZ UN PROJET?

Contactez-nous

    En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et de la prise de contact qui pourrait en découler.

    AROLYS 

    38 rue de Berri
    75008 PARIS

    09 73 03 00 71